Alain Ferrand, responsable de CUMA Aptoca

Alain Ferrand, responsable de CUMA Aptoca

Quel est le point commun entre le maïs doux, les petits pois, les flageolets, les tomates de plein champ ? Ces produits doivent être récoltés au jour J et transportés sans délai vers une usine qui s’est préparée à les recevoir et à les travailler en ultra-frais. Ce type de récolte « sous pression » est la raison d’être de la CUMA Aptoca basée à Bias (47), dont le rayon d’action couvre tout le Sud-Ouest. « Nous avons récolté cette année 5 500 ha de maïs doux et nous totalisons 10 000 ha si on y ajoute les autres cultures de plein champ », déclare Alain Ferrand, le responsable de cette CUMA qui emploie jusqu’à 70 personnes en saison.

Mi-octobre, aTtraction s’est déplacé dans le Médoc, à Hourtin (Gironde) pour un chantier de maïs doux. Les précieux épis étaient destinés aux conserveries Daucy, à raison d’une semi-remorque toutes les 90 minutes, sachant que le 1er camion doit partir plein dès 5h00 du matin, et cela 6 jours sur 7 !

Dans une immense parcelle au milieu d’une forêt de pins, 3 récolteuses automotrices articulées OXBO 2480, à bec 6 rangs spécifique, de la CUMA avancent dans du maïs malheureusement versé à la suite d’un fort coup de vent. C’est Pierre Grasset, avec son équipe de 5 personnes, qui organise le ballet des 3 récolteuses OXBO et du transbordeur de 14,7 t de capacité tracté par un tracteur Fendt 933 VARIO chaussé en 710/60R34 et en 900/60R42 TM900 HP Trelleborg. Guillaume Clavel, au volant, assure le transfert de la récolte jusqu’à la semi-remorque postée en attente sur une zone de stationnement à 1 km du chantier.

Pierre Grasset se déclare satisfait du comportement de la récolteuse conduite par Laurent Galo cet après-midi-là. « La machine, articulée, se sort de tous les mauvais pas, malgré une trémie qui peut contenir jusqu’à 7,5 t d’épis. Ses chauffeurs ont pu aussi apprécier le comportement routier des pneus CFO TM3000 Trelleborg lorsque nous avons rejoint en convoi de plus de 10 heures, à 25 km/h, cette exploitation du Médoc par la route.»

Téléchargement du PDF